Rencontre avec Anouar Benmalek autour de son nouveau roman « Tu ne mourras plus demain »

Vendredi 9 mars à 18h30
Centre Culturel Algérien
171, rue de la Croix Nivert 75015 paris


De la généalogie tourmentée de sa mère, née des amours, hors normes à l’aube du XXème siècle, d’une trapéziste suisse et d’un Marocain lui-même fils d’une esclave mauritanienne ; de l’histoire de son père, passionné de théâtre, qui s’enfuit de Constantine où il ne pourrait jamais devenir comédien vers un Maroc où finalement il devint professeur ; de leur rencontre digne de mille livres, de mille films : elle à sa fenêtre, lui dans la rue, se regardant, ne disant rien, mais s’aimant déjà ; de tout cela, Anouar Benmalek envisageait de tirer une de ces vastes sagas familiales qui font s’embrasser les siècles et s’épouser les pays.

Mais sa mère vient de mourir. Et c’est un autre récit que l’amour filial lui impose d’écrire. Récit plus intime, même s’il est traversé parfois par des personnages extraordinaires comme cet ancêtre bavarois, Juif peut-être, constructeur de synagogues, cet autre, Suisse,  choisissant d’être Allemand à un mauvais moment du siècle dernier, ou cette tante, Algérienne, que la passion claquemure tragiquement dans la folie.
Récit plus poignant également. Ultime et débordante preuve d’affection à quelqu’un qui ne pourra plus l’entendre.  L’écrivain y retrouve, en retraçant douloureusement la vie de celle à qui il doit la sienne, les thèmes qui hantent son œuvre depuis toujours : la misère des origines, le racisme, l’intolérance, et le combat infatigable que livrent, malgré l’absurdité intrinsèque de l’existence,  l’espérance et la bonté pour se ménager une petite place dans l’histoire des hommes. Car l’histoire est là, et au fond la saga aussi : plus fiévreuse, plus intense, plus émouvante que celle qu’aurait pu imaginer un écrivain qui ne se serait pas souvenu être un homme, né du ventre d’une femme. Et finalement les siècles s’embrassent quand même, et les pays s’épousent, dans l’évidence que l’amour maternel est universel.