Invitation à la projection Chronique de la Révolution de Habib Mestiri

Mardi 27 Mars 2012 à 19 h30 – Chronique de la Révolution de Habib Mestiri

Invitation, à la projection en avant-première du film Chronique de la Révolution en présence du réalisateur Habib Mestiri, à l’auditorium de l’Institut du monde arabe, avec la collaboration et le soutien de l’Ambassade de Tunisie en France et l’Institut du Monde Arabe.

il faut impérativement confirmer votre présence par mail à cette adresse : info@deep-vision.com

Un film qui se veut une œuvre de mémoire, témoin des événements historiques du premier Printemps Arabe, à travers les regards croisés de la jeunesse de toutes les régions du pays d’une part et celui d’artistes internationaux, tel que Claudia Cardinale, Françoise Gallo , Georges Wolinski, qui nous livrent leurs sentiments, leur attachement, leurs questionnements sur le destin du pays où ils sont nés.

Réalisé avec des extraits de vidéo de facebook et des documents tournés lors de la révolution, ce film de 90 minutes est produit par Lassaad Goubantini producteur de 7ème ART et Alain Souffi producteur de DEEP VISION.

La projection sera suivie d’un débat avec Habib Mestiri le réalisateur, qui tentera d’apporter des réponses aux questions sur cette révolution venu d’un pays qui a lancé les révolutions arabes !
Chronique de la Révolution de Habib Mestiri

Des jeunes tunisiens filment, en première ligne et au risque de leur vie, leurs combats. Devant et derrière la caméra, à travers tout le pays, ils disent leur détermination pour que dégage un pouvoir rivé à ses privilèges, aux institutions verrouillées…
France
Des artistes et intellectuels témoignent de la passion attentive avec laquelle ils ont suivi, depuis la France, le sort de leur pays natal. Sur les deux rives de la Méditerranée s’allume la même étincelle de liberté et de justice, qu’il faut protéger et faire croître.

Tout ce qui se passait dans le pays depuis fin 2010, revêtait une importance capitale aux yeux des jeunes.
Tout semblait changer pour eux, devenir déterminant pour l’avenir.
J’ai collecté, à travers tout le pays, leurs films tournés avec leurs téléphones portables et autres moyens.
J’ai mis bout à bout leurs films qui, tous, possèdent l’énergie et la véracité du pris sur le vif .
Puis, de Kasserine à Gabès, de Sousse au Kram, j’ai sillonné le pays pour interviewer certains d’entre ces jeunes, amorçant ainsi ces « Chroniques de la Révolution ».
Ensuite, comme je connais bien des italiens et des français, juifs, musulmans ou catholiques nés en Tunisie mais vivant en France depuis l’Indépendance, je leur ai demandé ce que cette Révolution leur inspirait : crainte ? espoir ? enthousiasme, désillusion, renvoi à d’autres évènements?
Profondément concernés par le sort de leur terre natale, ils savent l’histoire personnelle de leur famille sur cette terre et celle des parcours politiques, sociaux et culturels de la Tunisie, qu’ils suivent avec ferveur.
Au carrefour de deux, voire trois cultures, ils ont construit leurs pensées et leur vision du monde sur l’ouverture entre Orient et Occident.
Habib Mestiri . Tunis 14 Janvier 2012