Un été à Alger au Palais de Tokyo dès 18h dimanche 24 juin


Projection en avant première du documentaire multimédia Un été à Alger. Imaginé par Aurélie Charon et Caroline Gillet avec Lamine Ammar-Khodja, Hassen Ferhani, Yanis Koussim et Amina Zoubir.

PALAIS DE TOKYO
13, avenue du Président Wilson,
75 116 Paris

Quatre jeunes réalisateurs algériens sont invités à porter un regard documentaire sur leur ville, durant 6 semaines, le temps d’un été, celui des cinquante ans de l’Indépendance de leur pays.

Seront projetés les premiers épisodes de :

50 contre 1 par Lamine Ammar-Khodja
50 pour les 50 ans d’Indépendance et la propagande qui va avec, 1 c’est un jeune réalisateur Algérien, qui fait beaucoup d’aller retours en France, qui se pose des questions sous la forme d’un journal filmé. Une déambulation dans le quotidien d’Alger à la première personne.

En remontant Cervantes par Hassen Ferhani
Déambulation dans le quartier populaire d’Alger. Depuis le mythique Jardin d’Essai où ont été tournées des scènes du premier Tarzan et où de jeunes couples viennent projeter leurs amours aujourd’hui, jusqu’à la grotte Cervantès où l’auteur de Don Quichotte se réfugia, laissant l’âme de son personnage dans l’esprit d’un quartier étonnant d’images et de vie.

Prends ta place ! par Amina Zoubir
Coiffeurs pour hommes, cafés, marchés, terrain de football… Amina Zoubir impose sa féminité, caméra à l’épaule, dans des lieux d’ordinaire plutôt réservés aux hommes. Elle prend leur place, pour voir ce qu’il se passe.

La nuit par Yanis Koussim
Une nuit à Alger, pour raconter toutes celles d’un été : ces nuits que le jour ne veut pas voir, de peur d’y croire; nuits d’avant le cauchemar, qui se vivent cachées; nuits d’insomnies, dans une capitale vide… et des nuits aussi juste par amour de la nuit.

Produit par narrative et une chambre a soi et diffusé à partir du 24 Juin par TV5 Monde, Algérie Focus et Libération.
Source Le Palais de Tokyo