Kamilya Jubran & Sarah Murcia dans Musiques sans frontières samedi 14 décembre à l’IMA à l’IMA

kamilia jubran sarah murcia
Kamilya Jubran & Sarah Murcia dans musiques sans frontières samedi 14 décembre à l’IMA

Une Palestinienne et une Française. La première chante et joue du luth, la seconde de la contrebasse. Ces deux remarquables musiciennes forment, actuellement, un duo de récital, soutenu par Catherine Debroucker au violon, Marion Brizemur à l’alto et Christine Krauz au violoncelle. Elles présentent des compositions intimistes, oniriques, des rêves qui s’affranchissent des frontières musicales. Leurs arrangements musicaux croisent la musique arabe et occidentale contemporaine et invitent à un dialogue musical entre le maqâm arabe, jazz, art savant occidental et improvisation populaire. Un style qu’elles appellent « Nhaoul » (métier à tisser en arabe), et un nom repris pour leur récent disque, paru sur le label Accords Croisés.
Une musique qui se nourrit de la complicité exceptionnelle ainsi que des parcours tout aussi rares des deux artistes. Kamilya, née en Galilée d’un père, Elias, joueur d’oud, qui reçoit ses élèves à la maison. Un milieu où elle commence à apprendre dès ses quatre ans le répertoire classique égyptien, à la voix puis aux kanoun et oud. À 19 ans, elle rejoint, et ce jusqu’en 2002, Sabreen, jeune groupe palestinien de l’époque, se produisant dans de nombreux pays, avant de s’installer en France et se rendre souvent en Suisse pour travailler avec Werner Hasler, créateur de musique électronique.
Sarah Murcia, elle, a d’abord étudié le piano à Boulogne, le violoncelle puis la contrebasse, a accompagné quelques noms de la variété française, des musiques du monde et du jazz, et a composé des bandes originales de films. Avec Kamilya, Sarah joue une musique acoustique qui appartient à la fois à différents styles et à aucun en particulier, comme si les deux complices souhaitaient se nourrir de leurs héritages personnels pour créer un répertoire commun.