Hamou Bouakkaz, «L’aveugle ne l’est que dans le regard de l’autre»

hamou bouakkaz
Hamou Bouakkaz, «L’aveugle ne l’est que dans le regard de l’autre»

Adjoint au maire de Paris depuis 2008 et aveugle de naissance, il est l’un des très rares élus français porteurs d’un handicap. Hamou Bouakkaz s’investit auprès d’Anne Hidalgo. Il a reçu des mains de François Hollande la Légion d’honneur.

-François Hollande vous a remis la semaine dernière la Légion d’honneur. Comment avez-vous vécu cette distinction ?

Comme vous le savez, on ne demande pas la Légion d’honneur. A vrai dire, je ne sais pas qui l’a demandée pour moi. Mes amis savent être discrets… C’est un grand honneur d’être décoré par le président de la République. En dépit des difficultés de cohésion que traverse le pays, la France a su reconnaître en moi le fils d’ouvrier algérien qui, sans jamais renier sa culture d’origine ni la dénigrer, a assimilé les valeurs de la France pour devenir un élu parisien.

-Vous avez un slogan choc : «Politicien, arabe et aveugle». Derrière cette provocation, vous voulez transformer vos handicaps en atouts ? Est-ce des handicaps d’ailleurs ?

Mon seul vrai handicap est peut-être d’être un homme politique dans un monde qui compte beaucoup de politiciens ! La différence ? Un politicien travaille pour l’élection suivante. Un homme politique travaille pour la génération suivante. Mes autres «handicaps» sont relatifs : un aveugle n’est handicapé que parce que l’environnement est hostile. Au téléphone, on ne s’aperçoit pas que je suis handicapé. J’ai d’ailleurs été trader, ce qui est le «métier visuel» par excellence. Quant au fait d’être arabe, ou devrais-je dire kabyle, ce n’est un handicap que parce que nous sommes victimes de préjugés et subissons 200 ans d’une histoire conflictuelle lourde d’incompréhension. Je suis donc un pont entre la France et l’Algérie.

-Vous vous présentez sur la liste PS d’Anne Hidalgo. Sans langue de bois, pensez-vous qu’elle sera (et vous aussi) élue ?

Anne Hidalgo a fait une très bonne campagne et tout porte à croire qu’elle sera élue. Quant à moi, ma position charnière sur la liste du 20e arrondissement de Paris m’assure d’être élu dans mon arrondissement, mais pas au Conseil de Paris. Les électeurs en décideront !

-La gauche fait-elle assez de place à la diversité ?

Qu’est-ce que la gauche ? Qu’est-ce que la diversité ? Les partis politiques se comportent comme des sectes qui préfèrent l’allégeance à l’intelligence. Pour que la notion de gauche ait encore un sens en l’avenir, il est vital que la France s’appuie sur toutes les diversités, ressources et compétences, y compris celles acquises au prix du handicap et en dépit des préjugés.

Source El Watan
Rémi Yacine