Arabies vendredi 10 octobre à la Gaité Lyrique

arabies
Arabies La jeunesse arabe a fait sa révolution vendredi 10 octobre à la Gaité Lyrique
Des artistes longtemps censurés dans leurs pays, une musique électronique jugée inadéquate, obligés de se produire en cachette,
Acid Arab et ses partenaires d’une soirée, vont s’installer le jeudi 10 Octobre à la Gaîté Lyrique pour une soirée underground comme on les aime.

Venez profiter d’un live exclusif du duo Acid Arab mêlant House de Chicago et musique ancestrale arabe.

La jeunesse arabe a fait sa révolution. Les artistes ont brisé les barrières et ouvert la voie à toute une culture underground. Celle-ci prend son envol avec des musiciens qui font preuve d’une liberté totale pour concevoir l’électro ou le songwriting de demain.

Acid Arab s’inspire des sonorités du monde arabe pour inventer la house du futur, où se mêlent instruments traditionnels, synthés vintages et machines. Ils replacent le Moyen-Orient et le Maghreb sur le dancefloor et se produisent ici en exclusivité en live dans le cadre du festival.

Guitares saturées, lignes de claviers distillées comme des fuites, violons entêtés et entêtants, sons électro minimalistes, Mashrou’ Leila, emmené par la voix magistrale du chanteur Hamed Sino, martèle des refrains poétiques comme des hymnes à la joie et à la liberté d’expression. Si le monde arabe se cherche une identité, nul doute que ce groupe en trace les contours. Il revient célébrer la sortie de son dernier album Raasuk pour une date unique dans la capitale.

Pour la première fois à Paris, Maurice Louca est un artiste inclassable, pionnier de l’électronique égyptienne. Sa musique est à l’image de la diversité des jeunes cairotes, une fusion de styles hétéroclites : drum’n’bass, techno, trip-hop, et sons urbains de la mégapole. Son premier album Garraya est paru en Egypte en 2011, l’année des “Printemps arabes”.